Conseils5-choses-a-savoir-avant-se-mettre-au-batch-cooking

Sommaire:

  • Ne suivez pas « le » chemin
  • Connaitre son « Pourquoi »
  • Voyez grand mais commencez petit
  • Toutes les recettes ne sont pas adaptées au batch cooking
  • Batch cooking = Planification

Lorsque l’on évoque le batch cooking, on voit souvent des grand yeux s’ouvrir.
Le concept est très plaisant sur le papier, pour autant nombreux sont ceux qui nous disent avoir abandonnés après quelques mois ou qui n’arrivent tout simplement pas à le mettre en place au quotidien.

« Je n’ai pas le temps »

« C’est trop difficile »

« Je perd plus de temps que je n’en gagne »

« Je ne sais pas par où commencer »

Toutes ces difficultés ont une chose en commun: elles sont réelles et vécues par bien plus de personnes que vous ne vous en doutez.
Comment est-ce possible ? Après tout, le batch cooking est representé comme LA méthode salvatrice pour organiser son temps en cuisine, gaspiller & dépenser moins…

Le clé du batch cooking n’est pas de vouloir tout cuisiner d’un bloc, mais de cuisiner intelligemment.

Ne suivez pas « le » chemin

S’il n’y a qu’une seule chose à retenir, c’est celle-ci: ne suivez pas le chemin tout tracé vers l’idéal du batch cooking.

C’est la problématique number 1 que je vois lorsque je fais du coaching en batch cooking.
Lorsque je me suis lancée dans le meal prep (le batch cooking à l’anglo-saxone), il existait peu de ressources physiques ou en ligne, du moins en français. Avec le recul, je me rend compte que c’est grâce à cela que j’ai facilement adapté cette méthode.
Je comprends totalement le fait que cela soit contre-intuitif pour beaucoup. Après tout, ces tutos, ces livres, ces menus sont faits pour nous.
Eh bien, pas tout à fait.

La phrase que j’entend le plus lorsque l’on me parle des raisons de l’échec de la mise en place du batch cooking, c’est celle-ci:

« J’ai suivi un livre m’expliquant comment batch cooker en 2 heures, j’en ai mis 5 et j’ai jeté la moitié »

Ce qu’il faut comprendre, c’est qu’il est très difficile de suivre un menu pas-à-pas, même si celà est très tentant. Ce pas-à-pas est-il réellement adapté à votre quotidien ? A ce que vous aimez ?
Prend-il en compte le fait que le mercredi soir vous sortez voir vos amis ou que n’aimez pas les betteraves ?

Non, suivre sans réfléchir une méthodologie est le meilleur moyen de foncer droit dans le mur.
Mais ne vous inquiétez pas pour autant, nul besoin de ré-inventer le roue. Uniquement de savoir où vous allez.

Connaitre son « Pourquoi »

Derrière un batch cooker, il y a toujours une raison.
Il y a un très grand nombre de raisons pour lesquelles débuter le batch cooking, toutes très personnelles à votre vécu, votre problématique actuelle, vos envies..

Pour ma part, ayant une vie très chargée, je me suis mis au batch cooking pour gagner du temps le soir mais surtout ne plus avoir à penser à la cuisine au quotidien.

Cuisiner tous les soirs me prenait environ 45 minutes. La chose dont je suis la plus heureuse de me débarasser est le fait de réfléchir à 15h au repas du soir, de subir la terrible question « qu’est-ce qu’on mange ce soir ? » et de rester devant mon frigo à scanner chaque étagère à la recherche d’une idée.

7J/7, 300 jours dans l’année.

Pour beaucoup d’entre vous, ce « Pourquoi » est une évidence. Prenez cependant bien le temps d’y réfléchir, cela influencera grandement la mise en place de votre méthode batch cooking.

Définissez vos objectifs. Restez simple.
Si vous voulez surtout gagner du temps en cuisine, privilégiez les recettes « express » qui être idéale pour vous. Si vous êtes plutôt dans la team « mieux manger », ne cherchez pas à gagner du temps, encore moins au début.

Mais surtout, le plus important: aimez ce que vous faites ! Ne vous forcez pas à faire du batch cooking malgré vous, c’est le meilleur moyen pour faire en sorte que vos dimanches aprem’ se transforment en calvère.

Voyez grand mais commencez petit

Quand vous avez appris le vélo, vous aviez des petites roues.
Pour rester dans le domaine culinaire, on a tous dû apprendre à faire cuire des pates.

Voir trop grand est une des principales raisons d’écueil pour de nombreux « baby batch cooker ».
Pour ma part, lorsque j’ai commencé le batch cooking j’ai voulu faire l’ensemble des repas de ma semaine d’un coup; je crois que ma cuisine n’a jamais été aussi ravagée que ce jour-là.
En plus d’avoir gaché une portion trop importante de mes préparations, j’ai perdu énormement de temps à savoir où aller tel ingrédient et à gérer mes cuissons.

Vous n’avez pas à faire TOUS vos repas pour la semaine d’un seul coup.

Une bonne alternative est de faire une grande session de batch cooking un jour, le dimanche par exemple puis de faire une session plus courte un autre jour de la semaine, le mercredi.
Cette méthode permet d’y voir plus clair dans vos préparations, d’ajuster vos repas selon votre vie et les restes.

Dans tous les cas, à moins d’être sûr d’arriver à mettre en place une session unique de batch cooking pour l’ensemble des repas, commencez petit. Deux recettes suffisent pour bien commencer.

Toutes les recettes ne sont pas adaptées au batch cooking

Vous adorez le burger/frites/salade du vendredi soir ?
Difficile de faire ça en batch cooking.

De manière générales, toutes les recettes qui se conservent mal, ne supportent pas la fraicheur du frigo ou sont succulentes à l’instant T mais plus si bonne un jour après sont à bannir.

Il existe de nombreuses méthodes permettant d’adapter les recettes.
Par exemple, pour une meilleure conservation remplacez votre salade par des epinards frais. La viande rouge se conserve mal, cependant la viande hachées ou les boulettes gardent leur goût et leur texture de nombreux jours.

Choisissez vos boites de conservation intelligemment pour adapter vos quantités à la boites et limiter l’oxydation des aliments.

Batch cooking = Planification

Derrière le batch cooking, on entend souvent « préparer ses repas en 2 heures » alors que le batch cooking c’est avant tout de la planification.

Avant, je faisais mes courses sans aucune liste et j’achetais tout au feeling, selon mes envies du moment. C’était catastrophique.
Non seulement mon panier moyen était bien plus important que maintenant, en plus de cela l’état de mon estomac au moment des courses changeait radicalement ce que j’achetais. Mais surtout, je gaspillais trop de produits qui hibernaient dans un coin de mon frigo et que je retrouvais des jours après l’y avoir mis, périmé bien entendu.

On ne le dit pas assez, pour arriver à cuisiner pour une semaine en 2 heures, il faut passer au minimum le double de ce temps à planifier ses menus et faire ses courses.

En ne planifiant pas, de nombreuses personnes ont l’impression que le batch cooking leur prend plus de temps que leur cuisine quotidienne.

Attention, planifier ne veut pas dire faire un rétroplanning sur chaque étape à respecter. Encore une fois, restez simple.

J’espère que l’ensemble de ces retours d’expérience vous permettra de ne pas sombrer dans les mêmes pièges que de nombreuses personnes avant vous et vous rendra la mise en pratique du batch cooking un long fleuve tranquille.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée Champs requis marqués avec *

Poster commentaire